institut européen psychanalyse et travail social  
   N° de déclaration: 91.34.04490.34   
Lettre info

Partage Facebook
Partagez votre amour pour psychasoc avec vos amis !

REZO Travail Social
Connexion au REZO Travail Social

Musique
Lecteur de musique

Livres numériques

Accueil

site

Animé par Joseph ROUZEL, psychanalyste, formateur et superviseur, met au travail la confrontation entre psychanalyse et travail social. C'est un espace de réflexion, d'élaboration, de partage. Il fait circuler des textes libres, dispose d'un forum de discussion, d'un kiosque de critiques d'ouvrages récents et présente des propositions de formations en travail social.

formations

"Toute formation humaine, affirme Jacques Lacan, a pour fonction, par essence et non par accident, de refréner la jouissance" (in Autres écrits). La formation professionnelle continue est un mode d'intervention sociale pour les apprentissages et les remises à jour qu'elle procure. De plus, elle favorise un questionnement chez les travailleurs sociaux quant à la place qu'ils occupent auprès des personnes dont la société leur confie l'accompagnement.
Dans les stages de PSYCHASOC où interviennent une vingtaine de formateurs, nous mettons au travail une clinique, une éthique et une politique du sujet dans le champ social.

consulter le catalogue

Formations 2016
Formations 2017

Actualités

le 16/06/2016

Derniers livres parus


Voir tous les livres »

Derniers documents audio parus

Les deux éthiques , Joseph Rouzel
 
 

Voir tous les documents audio »

Derniers documents vidéo parus

 
Bientraitance , Joseph Rouzel
 

Voir tous les documents vidéo »

Derniers articles parus

PEDAGOGIE INSTITUTIONNELLE. PEDADOGIE DE L’EXISTENCE
jeudi 26 mai 2016

Un établissement établit un ordre en produisant des règles qui ont vocation à être pérennes. Cet ordre crée une homogénéité où la surprise serait absente, et chacun devient un agent  agencé presque engoncé dans le règlement. Le désir est absent, la parole impensable, il y a déficit de Loi.  L’établissement s’enferme et se ferme au monde. La société ne lui demande que ce qu’il sait faire. Nous sommes dans la répétition. L’établissement et l’organisation sociale ne sont plus en situation clinique pour entendre les besoins, interpréter les appels, c’est le blocage.

In mémoriam Jean Oury...mais pas seulement!
lundi 16 mai 2016

Jean Oury nous a quitté, c’était il y a deux ans, jour pour jour, le quinze mai 2014, l’année où je m’étais enfin décidé à « faire » un stage à La Borde. J’ai organisé cette année dans le cadre de GREFO- PSY (Sallanches) un séminaire sur Jean Oury et la psychothérapie institutionnelle. J’en ai extrait un texte que j’ai envie d’éditer aujourd’hui, il s’agit d’une brève biographie de Jean Oury… 

Une expérience d’atelier d’art-thérapie en Maison d’Enfants à Caractère Social : un autre espace clinique
vendredi 06 mai 2016

L’art-thérapie se définit « comme l’exploitation du potentiel artistique d’une personne dans une visée humanitaire et thérapeutique » (Forestier, 2009, p 10). Elle se distingue de la psychothérapie à support artistique, laquelle exploite les travaux des patients à des fins d'analyse. La démarche de l’art-thérapeute se fonde sur le modèle de l’opération artistique, une cartographie fonctionnelle de la dynamique entre la personne et l’art. Dans cette discipline art-thérapeutique, la démarche artistique est observable, analysable et évaluable au travers du phénomène artistique, dont les différentes étapes s’identifient par les manifestations de l’intention, de l’action et de la production artistique.

Pour une approche psychanalytique de la vieillesse…
samedi 30 avril 2016

Nous avons choisi d'appréhender la question de la mort à travers le temps de la vie qui la précède, la vieillesse ou "grand  âge ". Les écrits ne manquent pas sur le sujet, les approches non plus, mais c'est la théorie psychanalytique qui a finalement retenu notre attention. Entre tous nous avons entrepris d'étudier le livre de Charlotte Herfray, " La  vieillesse  en  analyse ", publié la première fois en 1988 chez Eres dans la collection Hypothèses, puis réédité en 2007 et en 2015.Charlotte Herfray, née en 1926, est Strasbourgeoise, psychanalyste, elle a été enseignante et chercheuse à l'Université Louis Pasteur de Strasbourg, après un doctorat en psychologie et en sciences de l'éducation. Pour avoir eu la chance de l'entendre parler à différentes occasions, alors âgée de plus de 80 ans, impossible de ne pas dire à quel point fait envie son énergie, son enthousiasme et son humour, au delà bien évidemment de la richesse et de la pertinence de ce qu'elle a à transmettre. 

Mais d'où cela peut-il bien lui venir? "Du  Désir ", répondrait-elle sûrement...

Qui c’est/sait l’chef ?
dimanche 17 avril 2016

Tout ce que se sont inventés les hommes pour se soumettre à une autorité, repose sur le vide. Le chef, mot dont l’origine remonte au caput  latin, c’est la tête. Quant à la testa , origine de notre tête, il désigne une… coquille. On a donc à faire à un ensemble contenant, tel la coquille d’œuf renfermant le pousse-Un, où la tête, le Un,  le sommet de la construction,  englobe des places différenciées.  Chaque chef est constitué pour sa partie, pour le champ d’intervention qui l’institue,  en référence à ce qui fait la tête d’une pyramide dont les emboitements déterminent des différences de places au nom d’un principe unique. C’est le lieu, comme le souligne Hannah Arendt « où ça commence et où ça commande ».  Le chef, détenteur de l’autorité qui lui est conférée, ne tient sa légitimité qu’en exerçant comme représentant de cette « tête de pont » symbolique. Autrement dit, comme le souligne Jean-Pierre Lebrun, au titre d’une fonction d’exception.  Souvenons-nous ici  que, comme le veut l’adage, l’exception confirme la règle.  Pourquoi cela ?

La politesse
samedi 19 mars 2016

La politesse.  Entretien de Joseph Rouzel avec Cécile Guéret, Psychologies Magazine . L'origine  du mot politesse est riche d’enseignement.  On dit qu’un caillou, une pierre brute peuvent être polis pour en faire une pierre précieuse. Dans la politesse il y a aussi du polissage. La brutalité de la pulsion, ce que Freud désigne comme pulsion de mort, pousse tout un chacun à une décharge de la tension la plus rapide possible.  La pulsion de vie est un détournement de cette pulsion première, de cette jouissance increvable comme dit Lacan. Et la politesse fait partie des appareils de civilisation, de  « d’hommestication » pour apprivoiser et socialiser cette énergie brutale. L’éducation est évidemment aux avant-postes de ces processus. 

Ados terroristes (h)éros tristes
samedi 20 février 2016

Commençons par l’Emile de Rousseau. La pédagogie négative que prône l’auteur est prévue jusqu’à l’âge de 12 ans. Ensuite avec la puberté, il y a des bouleversements. La rencontre sexuelle et la confrontation au  social produisent un choc. Il faudra bien alors révéler au jeune Emile ce que Rousseau désigne comme « les dangereux mystères ». Emile, considéré jusque là comme asexué,  sera alors confronté à la rencontre de l’autre sexe, et devra apprendre que dans cette rencontre, les relations sexuelles sont régies par des lois et des règles qui servent de garde-fou aux « passions naissantes ».

Voir tous les textes »

rss | xhtml

Copyright © par PSYCHASOC
n° de déclaration : 91.34.04490.34

— site web réalisé par Easy Forma