institut européen psychanalyse et travail social  
   N° de déclaration: 91.34.04490.34   
Lettre info

Partage Facebook
Partagez votre amour pour psychasoc avec vos amis !

REZO Travail Social
Connexion au REZO Travail Social

Musique
Lecteur de musique

Livres numériques

Accueil

site

Animé par Joseph ROUZEL, psychanalyste, formateur et superviseur, met au travail la confrontation entre psychanalyse et travail social. C'est un espace de réflexion, d'élaboration, de partage. Il fait circuler des textes libres, dispose d'un forum de discussion, d'un kiosque de critiques d'ouvrages récents et présente des propositions de formations en travail social.

formations

"Toute formation humaine, affirme Jacques Lacan, a pour fonction, par essence et non par accident, de refréner la jouissance" (in Autres écrits). La formation professionnelle continue est un mode d'intervention sociale pour les apprentissages et les remises à jour qu'elle procure. De plus, elle favorise un questionnement chez les travailleurs sociaux quant à la place qu'ils occupent auprès des personnes dont la société leur confie l'accompagnement.
Dans les stages de PSYCHASOC où interviennent une vingtaine de formateurs, nous mettons au travail une clinique, une éthique et une politique du sujet dans le champ social.

Actualités

du 07/10/2014 au 16/06/2015

Derniers livres parus

La haine de la parole , Les Liens qui Libèrent

Voir tous les livres »

Derniers documents audio parus

Les deux éthiques , Joseph Rouzel
 
 

Voir tous les documents audio »

Derniers documents vidéo parus

Bientraitance , Joseph Rouzel
 
 
Le deux éthiques , Joseph Rouzel
 

Voir tous les documents vidéo »

Derniers articles parus

L’épistémè en éducation spéciale
vendredi 21 novembre 2014

J’étais venue au métier de l’impossible, l’éducation, avec cette conviction là qu’être éducatrice spécialisée était un engagement éminemment politique, inscrit du côté du projet collectif (je demeure cette éducatrice engagée du côté de la polis, tel que Hannah Arendt défend la question politique). Responsable des missions qui m’étaient confiées, quel que soit le champ d’intervention où je travaillais. Responsable oui, dans le « répondre de » au nom de la société et le « répondre à » au nom du « sujet » et de son autonomie. J’ai composé avec ces deux pôles dissonants, chercher l’équilibre le plus juste dans les réponses que j’avais à apporter, qu’il s’agisse de l’adresse des politiques sociales et l’adresse au « sujet ». Mais et surtout, j’ai toujours envisagé mon métier comme celui du témoignage et de la parole à transmettre pour dire le mal de vivre de ceux et celles qui ont à faire avec le malheur, la précarité, le handicap, la maladie.  

L'humanisation, une chance pour celui qui est différent : malgré le handicap être une personne.
mercredi 19 novembre 2014

Quand dans le quotidien nous rencontrons l'autre, sans nous en rendre compte, son apparence et ses gestes nous renvoient à nous-mêmes:nous nous reconnaissons en lui, nous nous identifions. Nous attendons, en quelque sorte, qu'il nous donne une image familière qui nous conforte dans ce que nous sommes. L'autre nous émeut parce que nous connaissons ses émotions,il nous réjouit parce que nous rions des mêmes choses, ou bien il nous énerve par ce que nous avons les mêmes défauts. Nous nous re-connaissons, nous partageons du"communiqué",du"vécu",des réactions, nous partageons "dans" et "par"notre humanité.

De l’accompagnement des étudiants à l’accompagnement des usagers
vendredi 14 novembre 2014

Parmi les différentes fonctions occupées par un formateur, il me semble que la fonction d’accompagnement présente un double intérêt à être pensée au sein d’un collectif pédagogique: D’abord parce que c’est une fonction à priori stable dans la pratique formative, dans un contexte ou les réformes se succèdent.Ensuite parce que la particularité des formations en travail social est qu’elle permet, autour de cette question de l’accompagnement, qui sera au centre des futures pratiques professionnelles des étudiants, une formation par isomorphisme.

ALERTE…
vendredi 19 septembre 2014

Je suis en colère. Ce que nous avons construit durant des années, à bas bruit, en tâtonnant, chacun apportant sa pierre, est jeté aux orties, comme une vieille ferraille. Le positionnement d’un travailleur social au plus près des difficultés des usagers (parfois bien usagés !), la prise en compte de chacun un par un, le développement d’une clinique du sujet et de son insertion dans la communauté des hommes, le questionnement permanent des dimensions institutionnelles, politiques et éthiques d’un acte qui ne se soutient que d’une rencontre humaine. La dignité humaine, voilà ce que nous avons défendu pendant des lustres sur le terrain et en formation. Puis ça s’est déglingué. Sous les coups de boutoir d’une idéologie qui ne dit pas son nom, le capitalisme, et qui s’avance masqué sous les oripeaux d’un socialisme néo-libéral, cette construction fragile, où l’humain est au cœur du métier, vole en éclats. Le bras armé de ce système qui ravage la planète et toute forme de lien social promeut une marchandisation généralisée de toutes les activités humaines. Si dans notre secteur nous nous pensions à l’abri, détrompons-nous.

Hériter de la Psychothérapie Institutionnelle ?
jeudi 18 septembre 2014

La Psychothérapie Institutionnelle est définie comme un mouvement. Certains travailleurs psychiatriques ou sociaux y participent, selon des modalités non standardisées ; ils ont été pris par ce mouvement, ils en ont entretenu, développé et transformé ses propriétés pratiques ou fantasmatiques, voire mythiques. Ceux qui s’y apparentent y articulent inévitablement les différentes strates de leur histoire personnelle, leurs potentialités et leurs taches aveugles. 

Il était onze heures du soir à La Borde
jeudi 28 août 2014

Oury est mort à onze heures du soir à La Borde. De ses mains sont tombées les trois cartes dont jouait sa passion éthique, la psychose, l’institution, la mort.
En allée singulière vers un lieu sans appel, glissement silencieux entre deux lignes de fuite, entre deux pages inachevées, entre des mots et des signes.
En allée sans rémission, inertie subite d’un dire qui résistait aux systèmes institutionnels et que ne cessaient de momifier les arpenteurs du désir.
 

Monographies superviseurs XVII é promotion
mercredi 23 juillet 2014

On trouvera ici certaines monographies de la XVII éme promotion de superviseurs formés à Psychasoc. Formation sur deux années à raison de deux semaines pleines par an. Formation dense, impliquante et « intranquille » pour reprendre un beau mot de Pessoa... Les textes qui suivent en témoignent. 

Voir tous les textes »

rss | xhtml

Copyright © par PSYCHASOC
n° de déclaration : 91.34.04490.34

— site web réalisé par Easy Forma