institut européen psychanalyse et travail social  
   N° de déclaration: 91.34.04490.34   
Lettre info

Partage Facebook
Partagez votre amour pour psychasoc avec vos amis !

REZO Travail Social
Connexion au REZO Travail Social

Musique
Lecteur de musique

Livres numériques

Accueil

site

Animé par Joseph ROUZEL, psychanalyste, formateur et superviseur, met au travail la confrontation entre psychanalyse et travail social. C'est un espace de réflexion, d'élaboration, de partage. Il fait circuler des textes libres , dispose d'un forum de discussion , d'un kiosque de critiques d'ouvrages  récents et présente des propositions de formations en travail social .

formations

"Toute formation humaine, affirme Jacques Lacan, a pour fonction, par essence et non par accident, de refréner la jouissance" (in Autres écrits). La formation professionnelle continue est un mode d'intervention sociale pour les apprentissages et les remises à jour qu'elle procure. De plus, elle favorise un questionnement chez les travailleurs sociaux quant à la place qu'ils occupent auprès des personnes dont la société leur confie l'accompagnement.
Dans les stages de PSYCHASOC  où interviennent une vingtaine de formateurs, nous mettons au travail une clinique, une éthique et une politique du sujet dans le champ social.

consulter le catalogue

Formations 2018
Formations 2017

Actualités

le 14/09/2017

Derniers livres parus

Le savoir-Déporté , Camps, histoire, psychanalyse

Voir tous les livres »

Derniers documents audio parus

Les deux éthiques , Joseph Rouzel
 
 

Voir tous les documents audio »

Derniers documents vidéo parus

 

Voir tous les documents vidéo »

Derniers articles parus

La posture du superviseur
jeudi 17 août 2017

Sous certaines conditions, et depuis 2012, j’accepte d’encadrer des groupes de supervision, des équipes intervenant dans le champ social, médico-social, et sanitaire. Ce qui est fondateur d’un groupe de travail en supervision, c’est la demande (à ne pas confondre avec la commande de l’institué) et ce qui motive les professionnels voulant y participer. Afin de permettre à chacun de s’exprimer, de donner la parole à ceux qui ne l’ont jamais ou rarement prise, je conseille la mise en place de petits groupes de 6 à 10 personnes volontaires, se réunissant avec régularité tout au long de l’année. La question de  la demande  est fondatrice du futur groupe en travail et de sa continuité ; et cette question est approfondie généralement dès les premières séances, lors d’entretiens préliminaires. 

Monographie de formation de superviseur (Paris, XXVI ème promotion)
mardi 18 juillet 2017

Observer, écouter, entendre, comprendre, analyser, comparer, relier, interpréter, autant de verbes qui permettent un travail de supervision. Fonctionnement psychique très spécifique où le sujet-superviseur ne se limite pas à son historicité et son savoir particulier. Il reste pendant le temps de la supervision comme une énorme porte ouverte qui peut mener vers différents labyrinthes. Des ensembles de prises de parole, des sensations -sentiments et ressentiments- distinctes, des hypothèses complexes ou simplistes, des versions et énonciations singulièrement dévoilées, des constructions d'interactions surprenantes, des choix de récits profondément subjectifs. Autant de composantes d'un puzzle fantasmatique issu d'un groupe d'alliances inconscientes et d'expériences professionnelles. 

Monographie de formation de superviseur (Paris, XXVI ème promotion)
lundi 17 juillet 2017

La visée de ce texte est de consigner une expérience de formation concernant la supervision d'une instance clinique, instance dans le cadre de mon activité professionnelle : formatrice dans le champ de l'éducation spécialisée. L'intention plus précise est de repérer et de porter un regard plus ouvert et plus conscient sur une émotion en jeu à la fois dans ce travail socio-éducatif et dans l'expression de cette émotion, la peur, au cours du travail de transmission. Cette instance nommée Instance Clinique. M’être inscrite dans cette formation de superviseur d'équipes de travailleurs sociaux, m'interroge sur l'origine de ce souhait autant que sur ma capacité à être à l'écoute autant de moi-même que de ceux qui composent l'instance clinique, au regard de cette émotion qui traverse toute prise de décision, dans le cadre d'une problématique sociale à caractère d'urgence ou de conflit grave. Quel est l'enjeu de cette formation pour moi ? Pourquoi je choisis « la peur » comme ombilic de recherche ? Ce sont des questions qui reviendront et infiltreront mes pensées tout au long de texte ci-dessous. En quoi pourront-elles me servir de boussole pour mener ce travail particulier de formation professionnelle des éducateurs dont je serai responsable ? Je tâcherai d'y répondre en prenant un exemple clinique.

Monographie de formation de superviseur (Paris, XXVI ème promotion)
lundi 17 juillet 2017

Dans le cadre de cette monographie je pars d’une situation qui s’est produite dans le cadre d’un dispositif d’analyse des pratiques qui se situe dans un CAS « tutoring and mentoring » à l’Université du Luxembourg. Cette formation de 20 ECTS s’adresse aujourd’hui à des formateurs de terrain de l’enseignement fondamental et du secondaire aussi qu’à des conseillers pédagogiques qui accompagnent des enseignants, fonctionnaires stagiaires. 

LA POUBELLE
dimanche 16 juillet 2017

Dans notre lieu de vie, on y trouve de tout en toute simplicité. Un récipient de yaourt avec sa petite cuillère que quelqu’un n’a pas eu envie par fainéantise de mettre au lave-vaisselle, une boite de conserve qui a fui le container de tri qui est pourtant à quelques centimètres, une brosse à dents toute neuve qui est là par hasard à côté d’une dent de lait toute jaune faisant son beurre, un sachet de mouchoirs neuf qui n’a même pas pu pleurer sa mère, l’agent du beur, le pain de ce jour qui n’enlève pas les pêchers d’un jour sans fin pour un ça sert d’os de qualité ISO, la cacophonie des gens qui bégaient la vie des autres, un steak qui a passé un jour de DLV et qui devient vert de n’avoir pas été mangé, une salade composée décomposée à l’idée de se regarder en face car tout le monde l’a vu faire sa trainée dans le frigo devant un paquet de merguez, une critique constructive gisant dans les ruines d’un château de cartes, un récipient plus facile à jeter qu’à mettre à la vaisselle...

Les limites du bénévolat ou quand faire le bien, ça fait mal !
mercredi 12 juillet 2017

Ils sont des milliers en France, les bénévoles, ils sont touchés par la situation de tous ces hommes, de toutes ces femmes, de tous ces enfants, jetés sur les routes incertaines du monde et qui ont posé le pied sur le sol européen pour trouver la paix et tenter de reconstruire leurs vies qu’ils ont sauvé in extremis. Pour les rescapés du voyage sans retour, la « terre promise » n’est pas au rendez-vous du projet qu’ils avaient imaginé en arrivant aux pays de l’opulence. La corne d’abondance est tarie.

Le corps à l'ère de la technoscience de l'objet au novobjet
jeudi 06 juillet 2017

Nanotechnologie, biologie de synthèse, robotique, humains augmentés, intelligence artificielle, génétique thérapeutique, cyborg ... Ces termes ont fait leur apparition dans nos champs lexicaux depuis peu de temps. Et ils semblent déjà en mesure de constituer les points de départ de scenarii exaltés. Il n'y a là  rien de nouveau. Mais les avancées récentes des technosciences sortent les super-héros immortels et les cyborgs des récits de fictions pour les placer sur une ligne d'horizon que nous arrivons aujourd'hui à percevoir à l’œil nu. 

Voir tous les textes »

rss  | xhtml

Copyright © par PSYCHASOC
n° de déclaration : 91.34.04490.34

— site web réalisé par Easy Forma