institut européen psychanalyse et travail social  
   N° de déclaration: 91.34.04490.34   
Lettre info

Partage Facebook
Partagez votre amour pour psychasoc avec vos amis !

REZO Travail Social
Connexion au REZO Travail Social

Musique
Lecteur de musique

Livres numériques

Psychasoc > message

La mystification de la "fin de la domination masculine" (ou de la dite "fin du patriarcat")

Envoyé par Daniel Pendanx 
Voyons un peu si le réveil est possible, et s'il se manifeste, mais surtout pas dans mon esprit, sous la forme d'un "manifeste", comme ce manifeste unitaire que viennent de produire universitaires et psychanalystes pour tenter de redorer le pauvre blason de la psychanalyse.

Cette thèse d'une "fin de la domination masculine" revigorée récemment par des articles de Marcel Gauchet et Gilles Lipovetski dans la revue Le débat, est une mystification du réel. Non pas tant en ce qu'elle viendrait masquer ou sous estimer d'une réalité toujours bien présente de la dite domination, mais en tant qu'elle perpétue l'ignorance la plus crasse et la plus commune du mythe proprement phallocrate qui sous-tend les modalités si diverses, machistes ou féministes, de la domination de l'un ou l'autre sexe sur l'un ou l'autre sexe... Soit le quadrille du dessus/dessous : L'homme sur l'homme/ l'homme sur la femme/ la femme sur l'homme/la femme sur la femme...

Ce que ratent aussi bien Gauchet et Lipovetski, que ceux qui ne manquent pas bien sûr, du côté de l'ultra-féminisme, d'en contester le propos dans les seuls termes de la "réalité", c'est le fait qu'en la matière, la matière du phallocratisme qui préside à la dite domination d'un sexe sur l'autre, eh bien, comme chacun peut le conquérir (en en payant un certain prix, celui de la traversée des illusions du pouvoir, du renoncement à l'emprise), il n'y a en vérité ni homme ni femme. Il n'y a que des mâles et des femelles qui se prennent soit pour possesseurs du saint phallus imaginaire ou pour des castrés, des dépossédés du phallus. Et cela dans l'éternel jeu de dupes entre les sexes... Il suffit de "voir", dans une vision quelque peu surréaliste (ce que j'appelle "voir":une paranoïa réussie) comment dans les institutions, toujours, comme le releva si bien Aicchorn du côté du sado-masochisme y régnant, le mythe sexuel sous-jacent à l'organisation des liens, le rapport au pouvoir, reste si souvent asexué, dominé, comme il en est dans l'homosexualité infantile inconsciente constitutive de tout un chacun, par la représentation de l'Unique Sexe imaginaire...

Sur cette mystification, qui est aussi celle de la "sortie de la religion", surfent la technogestion et les manipulateurs en tous genres, des plus lourdauds aux plus malins : les manipulateurs du transfert institutionnel des "braves gens" comme disait Mitterrand,un autre genre d'expert... Sur cette mystification, dont se nourrit le familialisme new âge, homoparental, est fondé la gouvernance supervisée des braves "militants", tous serviteurs de l'idéal unitaire, libérateur et égalitariste, fourbi au ciel des chefs et des "experts" ...

Nota bene : c'est sous ce signifiant là, de "l'expert", et quelques autres autres du même acabit, qu'ont cru devoir se placer, et placer avec eux la Psychanalyse, les auteurs du manifeste si unitaire évoqué plus haut.



Modif. 2 fois. Derniere modification le 12/11/2018 16:55PM par Daniel Pendanx.
Seuls les utilisateurs enregistrés peuvent poster des messages dans ce forum.

Cliquer ici pour vous connecter

rss  | xhtml

Copyright © par PSYCHASOC
n° de déclaration : 91.34.04490.34

— site web réalisé par Easy Forma