institut européen psychanalyse et travail social  
   N° de déclaration: 91.34.04490.34   
Lettre info

Partage Facebook
Partagez votre amour pour psychasoc avec vos amis !

REZO Travail Social
Connexion au REZO Travail Social

Musique
Lecteur de musique

Livres numériques

Psychasoc > message

À quoi sert le CNAEMO ?

Envoyé par Daniel Pendanx 
À quoi sert le CNAEMO ?
25 June 2019, 14:27PM
À quoi sert le CNAEMO ?
Tel le management techno-gestionnaire, auquel il apporte ses concours, sinon ses secours, il sert à unifier et à centraliser les praticiens et les services sous la férule d'un psychosociologisme pseudo rebelle, style en marche vers le nouveau monde (écoutez donc sur you tube l'intervention illuminée de Mme Dautigny lors des dernières "assises"!) .

Le CNAEMO, se tenant dans le champ de l'Autre, au lieu du Pouvoir, de la Référence, se tient, à l'image de tant de ses membres, pour le Garant. D'où la communion annuelle aujourd'hui parfaitement rodée, ritualisée, avec tout son appareillage militant. Cet organisme n'est plus depuis bien longtemps, si jamais il l'a été, cet espace tiers de la parole, un carrefour ouvert à l'expression des contradictions et des conflits qui animent les pratiques. Sa réussite, car réussite il y a bien, est de s'être porté maître et garant d'un mode d'auto-légitimation, justifiant ou occultant tout ce qu'il en est de la négativité des pratiques et de l'exercice des pouvoirs professionnels. Cristallisant le corporatisme, ou plus exactement, le narcissisme (ou orgueil) professionnel, le CNAEMO récuse et court-circuite par avance toute mise en question de la légitimité de l'AEMO elle-même, et ainsi naturellement son propre mode d'existence. .. D'où en son sein la coagulation du psychosociologisme et de la techno gestion réformatrice, toujours réformatrice of course, et sous les flonflons idéologiques et les idéaux habituels de la belle âme (de la "conscience noble"), la production politique répétitive de ses "prises de position".

De ce que j'avance là, et qui se perdra dans le désert (celui du désastre actuel de la pensée critique), je veux pour derniers signes remarquables la part congrue, de plus en plus congrue, donnée lors de ces Assises (un signifiant ronflant !) aux magistrats et puis, ce pourquoi je dépose ces brèves remarques ici, la façon dont le sociologue Bille, qui sévit depuis tant d'années sans avoir semble-t-il jamais rencontré l'os exigé, a clôturé d'un propos à mes yeux hautement pervers les dernières paroles de l'intervention de Joseph Rouzel, en réponse à une question venant de la salle. Une réponse qui, desserrant l'emprise du positivisme, résonna comme un propos iconoclaste, dont le sieur Bille se fit un devoir, au prétexte de préserver un "questionnement ouvert" n'est-ce pas (tarte à la crème des critiques adressées à la psychanalyse, à son caractère dogmatique...) , de tout aussitôt en protéger les chéris... Avec à la clef le murmure approbateur des communiants de la salle...



Modif. 4 fois. Derniere modification le 28/06/2019 12:57PM par Daniel Pendanx.
Seuls les utilisateurs enregistrés peuvent poster des messages dans ce forum.

Cliquer ici pour vous connecter